Canadien Français 1398 Views

Donald Trump confirme l’intention de l’armée américaine sur les migrants violents

Le dossier de l’immigration est un sujet très sensible sur la table du Président Trump. Pour le cas des 7000 migrants regroupés en caravanes au nombre exacte de trois,  qui viennent du Honduras, il a été rapporté que certains de ces migrants auraient lancé des pierres de manière très violente à l’endroit des forces de l’ordre mexicaines durant la traversé des frontières qui sépare le Guatemala et le Mexique. Suite à leurs agissements violentes contre ces forces de l’ordre mexicaine, le Président Trump a envoyé des menaces à ces migrants qualifiés de «violents». Le titulaire de la Maison Blanche a déclaré: «S'ils veulent lancer des pierres sur notre armée, notre armée répliquera.» Donald Trump a d’ailleurs mis l’accent sur ce point en disant à ces soldats de considérer toute pierre lancé sur eux une comme un fusil. « Je leur ai dit (aux soldats) de considérer cela (une pierre) comme un fusil. S’ils (les migrants) lancent des pierres comme ils l’ont fait envers la police et l’armée mexicaine, je dis, considérez cela comme un fusil », a déclaré Donald Trump.

Suite à ce mot d’ordre d’action donné par le Président américain aux soldats présent sur la frontière mexicaine, un porte-parole du Pentagone dont le nom n’as ^pas été mentionné préfère être moins violents dans ses propos vis à vis de ces soldats, face à l’attitude violent des migrants. Celui-ci déclare que :« Nos troupes sont des professionnels entraînés qui disposent toujours du droit fondamental de légitime défense ». Ce même porte-parole du Pentagone rappel clairement le rôle de l’armée présente sur la frontière mexicaine. L’armée est là en tant que « soutien » des gardes-frontières, uniquement pour  faire respecter et  appliquer la loi. Si elle en arrive à tirer sur ces migrants violents à la base, ça ne sera pas de leur volonté mais de la légitime défense et pour assurer leur sécurité et celle de toute la nation américaine dont ils ont pour obligation serment de servir et de défendre.

Le Président Donald Trump a également vigoureusement  soutenu que s’agissant de ces migrants violents et jugés dangereux, «ils n'entreront pas et 15.000 soldats seront déployés à la frontière avec le Mexique». Pour le Président Trump toute cette migration prend la forme d’une «invasion».

Le nombre des membres de la Garde nationale déjà présent sur le terrain est de 2000. D’autres soldats 5800 soldats précisément, se sont ajoutés à la Garde nationale  au niveau de la frontière avec le Mexique, d’après  les sources du Pentagone. Une autre vague de soldats au nombre de 5200 sera déployé d’ici très bientôt au niveau de la frontière sud-ouest. Lors d’une conférence de presse, le général Terrence O'Shaughnessy a confirmé ces chiffres ; «D'ici à la fin de la semaine, nous allons déployer plus de 5 200 soldats à la frontière sud-ouest qui s'ajouteront aux quelques 2 000 membres de la Garde nationale déjà sur le terrain»Le dirigeant responsable du Service des Douanes et de la Protection des Frontières a aussi réagi à la situation en avançant les propos suivants  : «Nous ne permettrons pas à un large groupe d'entrer aux Etats-Unis d'une façon dangereuse et illégale». «C'est seulement le début de cette opération», baptisée «Patriote fidèle».