Le JournaldeGatineau.ca offre à ses lecteurs une version de journal en ligne à leur portée



Dans chaque système vivantde la planète terre et même sur d’autres planètes lointaines, l’échange d’informations intervient toujours et incessamment. Un échange peut avoir lieu dans le but d’améliorer ou alors détériorer une quelconque situation. Une information n’est jamais émise sans un objectif précis. L’émetteur de ladite information espère une réaction suite à la diffusion de son information. C’est ainsi que dans toute démocratie, l’information mise à la disposition des communautés est faite de manière très stratégique dans le but d’atteindre des objectifs bien fixés.Une information délicate peut mettre en péril la stabilité de tout un pays. Tout comme se restreindre de divulguer une autre vérité peut sauver la vie de milliers d’habitants. Comme le dit l’adage : « Toute vérité n’est pas bonne à dire ». En politique, nombreux sont les médias qui ont très souventété « forcés » à travers des pots de vin, de diffuser telle information sur telle personne et de ne jamais révéler certaines vérités fatales qui pourraient faire tomber des hauts placés. Raisons pour laquelle, la communauté qui est la cible visée devrait prendre le soin de toujours avoir plusieurs sources d’information afin de pouvoir juger d’elle-même ce qu’il en n’est vraiment.

Dans le contexte actuel à Gatineau, nombreux sont ces médias qui agissent frauduleusement dans l’ombre au détriment de toute la communauté à cause des pots de vin qui leur sont donnés par des haut placés de la ville. Cette situation honteuse et indigne n’est pas restée sans réaction de la part des autres médias de Gatineau. C’est ainsi que beaucoup d’autres groupes syndicalistes de journalistes ont vu le jour, dans le but de dénoncer toute activité indigne et frauduleuse et promouvoir la liberté de presse à Gatineau. La FPJQ (Fédération Professionnelle des Journalistes du Québec) est notamment l’une de ces associations présente à Gatineau qui mène leur combat dans le but de faire régner le droit public à l’information au juste titre que la liberté de presse. Cette fédération se fait entendre chaque fois qu’une situation arrive et que la liberté de presse est en danger. La FPJQétend son action partout, en commençant dans les commissions parlementaires, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), jusqu’aux conseils municipaux, aux juges, la police et tout autres organismes publics en relation avec la communication et les journalistes de Gatineau.

 

Fort heureusement, tous les médias ne sont pas corrompus mais reflète plutôt une image réelle des circonstances. Et parmi ce genre de média libres et honnêtes on peut citer le JournaldeGatineau.ca.  Contrairement à certains médias prisonniers des multinationales et tout autre haute personnalités très influents, le JournaldeGatineau.ca fonctionne en toute liberté d’expression. Il est d’ailleurs possible pour tout citoyen de rédiger lui-même son article et le soumettre au JournaldeGatineau.ca qui se fera le plaisir de le publier. Dans cette démarche, le JournaldeGatineau.ca souhaite mettre fin à la manipulation de la communauté en favorisant une presse libre et claire.


Comments

There are 0 comments on this post

Leave A Comment